Réforme de l'orthographe...

Pour discuter de tout et de rien...
Enfin surtout de tout !...

Pour ou contre ?

- Pour !
0
Aucun vote
- Contre !
1
100%
- Sans avis
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Réforme de l'orthographe...

Nouveau messagede Le Dirlo... » Dim 14 Fév 2016 , 11:36 am

...

L’Académie française contre toute réforme de l’orthographe

La position de l’Académie française est claire: elle s’oppose à toute réforme de l’orthographe. Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuelle de l’institution, est venue le rappeler dans une interview publiée dans Le Figaro samedi 13 février.

« La position de l’Académie n’a jamais varié sur ce point: une opposition à toute réforme de l’orthographe mais un accord conditionnel sur un nombre réduit de simplifications qui ne soient pas imposées par voie autoritaire et qui soient soumises à l’épreuve du temps.»

Et l’historienne spécialiste de la Russie d’enfoncer le clou, insistant sur le fait que l’Académie française n’avait eu «aucune part» dans cette réforme, «à l’inverse de ce que l’on a voulu faire croire».

En 1990, un travail de révision du français avait en effet été mené par le Conseil supérieur de la langue française, un groupe de travail mis en place par le premier ministre d’alors, Michel Rocard. Ce groupe de travail composé d’«experts de grande valeur, professeurs, grammairiens, linguistes, correcteurs, éditeurs de dictionnaire» avait notamment proposé des harmonisations lexicales (« charriot » avec deux « r » pour être similaire à « charrette »), le regroupement de noms composés (« portemonnaie » plutôt que « porte-monnaie ») et la suppression de certains particularismes, dont l’accent circonflexe.

Maurice Druon, alors secrétaire perpétuel de l’Académie, était certes président du Conseil supérieur de la langue française et rapporteur devant l’Académie de ses propositions, mais c’est bien ce groupe de travail qui les avait formulées, et non l’Académie. Une nuance importante aux yeux de Mme Carrère d’Encausse.

«Un élève sur cinq quitte l’école sans savoir lire»

Reste que les éditeurs de manuels scolaires ont décidé d’appliquer à la rentrée cette réforme élaborée en 1990 et mise en place depuis 2008, provoquant une vive polémique. Ce que l’académicienne a encore plus de mal à comprendre.

«Je n’ai pas compris les raisons qui expliquent l’exhumation d’une réforme de l’orthographe élaborée il y a un quart de siècle», s’étonne ainsi Mme Carrère d’Encausse, pour qui la situation est «radicalement différente» en 2016.

Avec un système éducatif qui «s’est écroulé» au point «qu’un élève sur cinq quitte l’école sans savoir lire», elle estime que «le problème n’est donc plus d’offrir des facilités aux élèves, de conserver ou non l’accent circonflexe, mais de revoir totalement notre système éducatif».

...

à méditer...

:wink:
...
Notre Vie Nous Appartient !...
...
Avatar de l’utilisateur
Le Dirlo...
Assistant Scolaire
 
Messages: 2958
Inscription: Jeu 28 Déc 2006 , 1:44 pm
Localisation: La Terre...

Re: Réforme de l'orthographe...

Nouveau messagede Le Dirlo... » Lun 15 Fév 2016 , 11:56 am

...

Et pour être plus complet sur le sujet :

L'excellent article de Charivari :
http://www.charivarialecole.fr/j-enseig ... en-a291726

Un site qui explique tout :
http://www.orthographe-recommandee.info/

Les nouvelles règles :
http://www.renouvo.org/regles.php

Chez Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rectifica ... is_en_1990

...

Une rapide synthèse :
- 2 400 mots concernés, soit 4% des entrées du dictionnaire
- Suppression du trait d’union dans des noms composés : ce weekend, il a oublié son portemonnaie dans son fourretout.
- Généralisation du trait d’union pour les nombres : sept-cent-mille-trois-cent-vingt-et-un.
- Suppression de l’accent circonflexe sur le "i" et le "u", sauf quand il y a une confusion possible (jeune et jeûne), et sur certaines conjugaisons rares (vous fûtes bien aise qu’il vous aimât).
- Rectification des accents aigus et graves pour coller à la prononciation : évènement (et non événement)
- Graphie simplifiée des verbes en "eler" et "eter" et des mots dérivés : j’étiquète (et non j’étiquette), chanceler et chancèlement (et non chancellement)
- Invariabilité du participe passé de laisser quand il est suivi d’un infinitif : il les a laissé parler.


...

Je viens d'ajouter un petit sondage... :mrgreen:

:wink:

...
...
Notre Vie Nous Appartient !...
...
Avatar de l’utilisateur
Le Dirlo...
Assistant Scolaire
 
Messages: 2958
Inscription: Jeu 28 Déc 2006 , 1:44 pm
Localisation: La Terre...

Re: Réforme de l'orthographe...

Nouveau messagede Le Dirlo... » Mar 16 Fév 2016 , 8:53 pm

...

Réforme de l'orthographe : la querelle entre Najat Vallaud-Belkacem et l'Académie française en quatre actes

La simplification de l'orthographe décidée en 1990 et exhumée par les éditeurs de manuels scolaires crée la discorde la ministre de l'Education et les Immortels.

Rien ne va plus entre Najat Vallaud-Belkacem et l'Académie française. La ministre de l'Education nationale doit faire face aux vives critiques d'une réforme de l'orthographe, datant de 1990, dont elle attribue la paternité à l'institution, garante de la langue française. Le 3 février, TF1 révélait que les manuels scolaires intègreraient désormais cette simplification de l'orthographe dès la rentrée prochaine. Ce qui avait largement amusé les internautes sur les réseaux sociaux.

Ni les académiciens, ni la ministre de l'Education ne semblent pourtant prêts à prendre la responsabilité d'une réforme critiquée, qui accepte par exemple l'orthographe "ognons". Francetv info revient sur les étapes de ce débat.

Acte 1 : Najat Vallaud-Belkacem se dédouane et pointe l'Académie française

Face aux réactions suscitées par la découverte de l'existence de cette réforme de l'orthographe (facultative et vieille de 1990), Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education nationale, s'exprime dès le 4 février sur Twitter pour qualifier les critiques dont elle fait l'objet de "polémique absurde". Elle est en effet accusée (à tort) de chercher à imposer d'autorité une réforme qui irait dans le sens d'un abaissement du niveau des élèves.

Mais la ministre n'entend pas porter le poids d'une polémique qui n'aurait pas lieu d'être. Contactée par Le Monde, Najat Vallaud-Belkacem souligne qu'elle n'a fait aucune annonce sur la mise en place de cette réforme. Cette volonté de simplification a été initiée en 1990 en s'appuyant sur les recommandations de l'Académie française présentées par Maurice Druon, alors secrétaire perpétuel de l'institution. En 2008, le Bulletin officiel de l'Education nationale(PDF) précise que "l'orthographe révisée est la référence". A la rentrée 2016, celle-ci sera appliquée dans tous les manuels scolaires : c'est là la seule nouveauté concernant l'assouplissement de certaines règles d'orthographe.

Acte 2 : l'Académie dément être à l'origine de la réforme

La réponse des Immortels ne tarde pas. L'Académie française publie un communiqué le 5 février dans lequel elle signifie "qu'elle n'est pas à l'origine de ce qui est désigné sous le nom de 'réforme de l'orthographe'". Afin de dissiper tout malentendu, l'institution retrace le cheminement du rapport de Maurice Druon. Il a été débattu avant de recevoir l'approbation des membres mais avec"une invitation à la mesure et à la prudence dans la mise en œuvre des mesures préconisées".

Dans ce texte, l'Académie française rappelle également "son attachement au principe selon lequel doivent être exclues toute réforme et même toute simplification de l'orthographe" bien qu'elle ne soit pas opposée à une évolution de la langue. C'est pourquoi elle se réserve la possibilité "de juger à terme des graphies que l’usage aura retenues et de confirmer ou infirmer les modifications recommandées". Le texte qui a servi de base à l'orthographe révisée qui apparaîtra dans les nouveaux manuels est considéré seulement comme une recommandation non contraignante.

Acte 3 : Hélène Carrère d'Encausse s'en mêle

Une position renforcée par l'actuelle secrétaire perpétuelle de l'Académie, Hélène Carrère d'Encausse. Celle qui a succédé à Maurice Druon s'est désolidarisée de cette réforme dans un entretien au Figaro, le 13 février. "Je n'ai pas compris les raisons qui expliquent l'exhumation d'une réforme de l'orthographe élaborée il y a un quart de siècle et où l'Académie française n'a eu aucune part, à l'inverse de ce que l'on a voulu faire croire". Hélène Carrière d'Encausse cite des académiciens qui s'y étaient opposés lors des débats de 1990 parmi lesquels on trouve Jean d'Ormesson.

D'ailleurs, l'historienne n'est pas étonnée de la résistance des Français devant ces changements. "L'opinion refuse que la langue soit manipulée, instrumentalisée, et c'est très réconfortant", déclare-t-elle dans les colonnes du quotidien. Et d'ajouter : "Incontestablement la langue est une part essentielle de notre identité. Comment accède-t-on au savoir ? Par la lecture, par l'écriture, et par la capacité de s'approprier ce savoir."

Acte 4 : Najat Vallaud-Belkacem adresse une lettre aux Immortels

Face à cette désolidarisation, la ministre de l'Education nationale a adressé une lettre à l'Académie française, lundi 15 février, rendue publique le lendemain. "C'est avec intérêt, écrit Najat Vallaud-Belkacem, mais également avec un certain étonnement que j'ai pris connaissance de votre réaction publique [dans le Figaro] aux nouveaux programmes de la scolarité obligatoire." Des programmes intégrant les nouvelles règles qui sont publiques depuis juin 2015.

Dans cette lettre, la ministre déclare aussi que son étonnement est "renforcé par le fait que ces rectifications sont intégrées dans la neuvième édition du dictionnaire de l'Académie française et que l'Académie, pourtant contactée par le Conseil supérieur des programmes cet été, n'a pas fait de remarque quant à la présence de cette référence". Assez pour mettre les points sur les i ?

...

Affaire à suivre !!...

...

:wink:
...
Notre Vie Nous Appartient !...
...
Avatar de l’utilisateur
Le Dirlo...
Assistant Scolaire
 
Messages: 2958
Inscription: Jeu 28 Déc 2006 , 1:44 pm
Localisation: La Terre...

Re: Réforme de l'orthographe...

Nouveau messagede Le Dirlo... » Lun 22 Fév 2016 , 9:48 am

...

Je m'amuse de lire encore et encore de sympathiques réactions face à la réforme... :mrgreen:

Même si mon avis importe peu, le sujet m'intéresse... Du fait que cela fait quelques années que je "suis" le sujet de près :roll: ...
A l'époque, j'avais même envisagé convertir les fiches, du moins ne proposer une seconde version, notamment en numération... :P

Et puis j'avais un peu creusé l'affaire... et je me suis aperçu que l'essentiel de cette affaire me semblait émané de Suisse, de Belgique ou du Canada... :mrgreen:

En tout cas nul trace d'une quelconque approbation de la part de nos cher(e)s "Académicien(ne)s" !!...

Bref... J'avais lâché l'affaire... :P

...

Avant d'en finir sur le sujet et de finalement me mettre au travail et refaire certaines fiches (ouf ! il y a de très bons moteurs de recherches eco100 ),
je vous livre un dernier morceau de bravoure ^^ !...

Alors que le débat fait rage autour de la réforme de l'orthographe, l'auteur des mots croisés de "l'Obs", Jacques Drillon, s'est livré à un exercice de style. Voilà ce que nous pourrions lire si les rectifications envisagées étaient appliquées :

"Il parait que l’acuponcteur, qui ne buche guère (il est mauvais en gastroentérologie), n’a pas d’aprioris : il ne prescrit pas d’antiâges, et peu d’anti-inflammatoires, surtout contre les macroorganismes pénicillinorésistants ; sa position est ambigüe, et il n’est pas dégouté devant les tours de passepasse. Son diner de donjuan l’a mené en boite ; il a enfilé son pulloveur, employé des passepartouts comme passe-droits, après avoir glissé son portemine porte-bonheur dans son portemonnaie, et ses porteplumes dans son porte-document. C’était une gageüre : il a trop dansé le pasodoble, il boîte, ce brisetout, devant le brise-vent qui cache les bulldozeurs, où passent des hommes-sandwichs et des garde-pêches. Le pianiste de la boite, un peu donquichotte malaimé, brule de passion pour la primadonna pleine de sècheresse qui traine à devenir sa maitresse. Il est complètement soul, mûr, mais elle n’est pas mure du tout et ne s’est pas laissé faire. Il confond le tire-fesse et le tirebouchon ! Il souffre de malêtre, de surcroit, ce pissefroid, ce pisse-vinaigre !"

Jacques Drillon
http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/ ... iquee.html

...

:wink:

...
...
Notre Vie Nous Appartient !...
...
Avatar de l’utilisateur
Le Dirlo...
Assistant Scolaire
 
Messages: 2958
Inscription: Jeu 28 Déc 2006 , 1:44 pm
Localisation: La Terre...


Retourner vers Le coin café...

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités